Calcule Biologique

Annuaire de Sante | Dictionnaire medicale  Actualit? M?dicale

Universit? Virtuelle des Sciences Medicales

Health News

Cours de Medecine




Précédent   Forum Algérien de Médecine > Le Forum Algérien de Biologie > Discussions scientifiques

Discussions scientifiques Abordez vos thèmes scientifiques ici

Réponse
Outils de la discussion Rechercher
non lus 05/01/2014, 14h03   #1
doctissimobile
 
Inscription: août 2007
Messages: 284
doctissimobile has much to be proud ofdoctissimobile has much to be proud ofdoctissimobile has much to be proud ofdoctissimobile has much to be proud of
Par défaut La programmation métabolique

La programmation métabolique
De nombreuses données épidémiologiques et expérimentales
font du développement in utero une période charnière pour le risque
métabolique à très long terme. C’est la théorie de la programmation
métabolique, qui suppose l’existence d’une fenêtre de susceptibilité
au cours du développement foetal et des premiers mois
de vie, pendant laquelle les expériences nutritionnelles vont laisser
une empreinte durable sur le métabolisme et conditionner le
risque ultérieur d’obésité, de diabète et de maladies cardiovasculaires.
L’épigénétique est l’un des mécanismes qui pourrait entretenir
ce lien à très long terme, en formant une « cicatrice» génétique,
rappelant que les cellules ont été exposées à un environnement
difficile. «Mais il existe très peu d’évidences scientifiques pour
incriminer avec certitude l’épigénétique dans ce phénomène de programmation
», constate Luigi Bouchard (laboratoire Ecogene 21, Caur
de Chicoutimi, Canada).
Actuellement, le concept de programmation métabolique repose
essentiellement sur des observations épidémiologiques. David Barker
est le premier à avoir développé l’idée d’un «phénotype économe»
dans les années 1990. En analysant les registres tenus depuis le
début du XXe siècle dans certaines régions d’Angleterre, cet épidémiologiste
anglais avait observé qu’un petit poids à la naissance est
corrélé au risque de syndrome métabolique à l’âge adulte. «Les différences
observées sont subtiles, mais concernent des gènes importants
pour le contrôle métabolique et la prise alimentaire », analyse
Luigi Bouchard.
Pour recueillir des données de manière prospective, Luigi Bouchard
s’est intéressé au diabète gestationnel, modèle d’environnement foetal
défavorable. Son équipe a suivi plus de 1000 femmes depuis le premier
trimestre de la grossesse jusqu’à l’accouchement. À la naissance,
le placenta et le sang de cordon étaient récupérés pour étudier les
cellules foetales. «Nous avons observé que le diabète gestationnel
modifie l’épigénome des enfants. Les modifications n’ont pas lieu de
manière aléatoire, mais concernent les régions spécifiquement
impliquées dans la régulation du métabolisme énergétique.»
L’épigénétique permettrait ainsi à l’organisme de réagir rapidement
doctissimobile est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Liens sociaux

Outils de la discussion Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 19h13.


forumed.sante-dz.org