Calcule Biologique

Annuaire de Sante | Dictionnaire medicale  Actualit? M?dicale

Universit? Virtuelle des Sciences Medicales

Health News

Cours de Medecine




Précédent   Forum Algérien de Médecine > Forums généraux > Actualités scientifiques

Notices

Actualités scientifiques Les nouveautés médicales ou scientifiques - Les découvertes intéressantes, et l'actualité touchant le corps bio-médical

Réponse
Outils de la discussion Rechercher
non lus 16/01/2010, 16h59   #1
alice017
 
Avatar de alice017
 
Inscription: février 2009
Messages: 268
alice017 is just really nicealice017 is just really nice
Question Se coucher tard favoriserait la dépression chez les ados

Selon une étude américaine, le risque est de 24 % supérieur chez ceux qui se couchent après minuit.

Bien dormir au bon moment est l'une des clés d'une bonne santé et d'une bonne activité. A contrario, un sommeil déphasé ou insuffisant peut mener à de nombreux troubles qui vont des migraines au surpoids et au diabète en passant par d'importantes somnolences en cours de journée ou a des insomnies. C'est particulièrement vrai pour les adolescents. Une étude menée aux États-Unis, et publiée récemment dans la revue Sleep, démontre même que des heures de coucher trop tardives peuvent induire de la dépression et des tendances suicidaires.

Menée à la Columbia University de New York, l'étude a porté sur 15 659 adolescents, entre 1994 et 1996. Près de 54 % des parents indiquaient que leurs enfants allaient se coucher à 22 heures en semaine, 21 % à 23 heures et 25 % à minuit ou au-delà. Pour leur part, 70 % des adolescents déclaraient aller au lit à l'heure voulue par leurs parents.

Le temps moyen de sommeil calculé à partir des renseignements recueillis par les chercheurs américains était de 7 heures et 53 minutes. Un peu loin des 9 heures recommandées couramment. Les jeunes qui se couchaient le plus tôt étaient aussi ceux qui dormaient le plus longtemps. Ceux qui se mettaient au lit à 23 heures dormaient 33 minutes de moins en moyenne et les adeptes de minuit «perdaient» 40 minutes de sommeil.

Surtout, une corrélation est apparue avec les états dépressifs et suicidaires. «Nos résultats montrent clairement qu'un sommeil aux horaires inadaptés est un facteur de risque pour la dépression, même si ce n'est pas le seul», affirme ainsi James Gangwisch, auteur principal de l'étude. Sur l'ensemble des adolescents impliqués dans l'étude, plus de 1 000 souffraient d'un état dépressif et plus de 2 000 avaient des envies suicidaires.

En croisant ces données avec les heures de coucher, les chercheurs ont constaté que le risque de subir un état dépressif était de 24 % supérieur chez les enfants se couchant après minuit. Le surcroît de risque était de 20 % pour les pensées suicidaires.

Un autre facteur intervient également : la perception de la durée du sommeil et la «satisfaction» apportée. Ainsi, les adolescents disant ne dormir que 5 heures ou moins étaient à 70 % plus exposés aux états dépressifs que les autres et à 48 % pour ce qui est des pensées suicidaires. «C'est pourquoi nous pensons que la qualité du sommeil pourrait être une mesure, parmi d'autres, de prévention de la dépression chez l'adolescent», estime James Gangwisch.
Un constat qui rejoint en partie celui établi en France. Une étude menée en 2007-2008 par le rectorat de Paris et la Caisse primaire d'assurance-maladie sur près de 8 000 collégiens a montré que 82 % des élèves de 3e se couchent après 22 heures. Mais un quart des filles et près d'un tiers des garçons vont au lit après minuit.

D'où la mise en garde émise par le docteur Jean-Pierre Giordanella, responsable prévention à la CPAM de Paris : «À l'adolescence, la durée minimum de sommeil doit se situer entre 8 et 9 heures, et l'heure limite de coucher ne devrait pas dépasser 22 heures.»
Cette recommandation devient très souvent un combat quotidien pour les parents dont les enfants sont confrontés aux «tentations» des divertissements modernes. En particuliers les écrans, qu'ils soient d'ordinateurs, de lecteurs DVD, de jeux vidéo ou de téléphones portables. Mais l'enjeu est de taille. Tous les spécialistes le disent : c'est dans l'enfance et l'adolescence que se forgent les bonnes habitudes et l'«hygiène» future du sommeil.


Jean-Luc Nothias: le figaro-santé
__________________
mieux vaut etre optimiste et se tromper que pessimiste et avoir raison
alice017 est déconnecté   Réponse avec citation
non lus 16/01/2010, 17h32   #2
queen-sothis
 
Avatar de queen-sothis
 
Inscription: août 2008
Messages: 2 757
queen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond reputequeen-sothis has a reputation beyond repute
Par défaut

Je ne crois pas que ça soit une nouvelle... le someil (qualité et durée) agit sur "nos comportements" et même nos grand parents veillaient a avoir un bon someil ... .
donc , je ne pense pas qu'on va identifier la depression chez l'adolescent en s'appuyant sur cette cause ... .
__________________
Dolce Far Niente
queen-sothis est déconnecté   Réponse avec citation
non lus 16/01/2010, 17h49   #3
dr.selma
 
Avatar de dr.selma
 
Inscription: novembre 2008
Messages: 35
dr.selma is on a distinguished road
Par défaut

mercie alice017 pour ces informations, mais est ce que les etudiants en medecine ont le temps de dormire 9 heures ? et alors la solutions pour prévenire les futures medecin de dépression........
dr.selma est déconnecté   Réponse avec citation
non lus 16/01/2010, 18h41   #4
mariella
 
Avatar de mariella
 
Inscription: novembre 2007
Localisation: alger
Messages: 947
mariella has much to be proud ofmariella has much to be proud ofmariella has much to be proud ofmariella has much to be proud of
Par défaut

étre étudiante en medecine pour moi c'est pas une excuse pour dérégler l'heure de mon someille ;je veille a se qu'il soit a une heure précise "je ne dépasse pas minuit " méme en période d'examen!!allah ghaleb c'est bon je pense que mon horloge biologique est bien régléje préfere dormir tot et se reveiller tot comme ca je ne tonterai jamais de suicider !!merci bcp pour l'information
__________________
" Puisque on ai sur le bon chemin on craint de rien, on y arriverai quoique se soient les difficultés"
mariella est déconnecté   Réponse avec citation
non lus 16/01/2010, 19h06   #5
sarah_doc2007
 
Avatar de sarah_doc2007
 
Inscription: décembre 2009
Messages: 10
sarah_doc2007 is an unknown quantity at this point
Par défaut

Citation:
Envoyé par alice017 Voir le message
selon une étude américaine, le risque est de 24 % supérieur chez ceux qui se couchent après minuit.

bien dormir au bon moment est l'une des clés d'une bonne santé et d'une bonne activité. A contrario, un sommeil déphasé ou insuffisant peut mener à de nombreux troubles qui vont des migraines au surpoids et au diabète en passant par d'importantes somnolences en cours de journée ou a des insomnies. C'est particulièrement vrai pour les adolescents. Une étude menée aux états-unis, et publiée récemment dans la revue sleep, démontre même que des heures de coucher trop tardives peuvent induire de la dépression et des tendances suicidaires.

menée à la columbia university de new york, l'étude a porté sur 15 659 adolescents, entre 1994 et 1996. Près de 54 % des parents indiquaient que leurs enfants allaient se coucher à 22 heures en semaine, 21 % à 23 heures et 25 % à minuit ou au-delà. Pour leur part, 70 % des adolescents déclaraient aller au lit à l'heure voulue par leurs parents.

le temps moyen de sommeil calculé à partir des renseignements recueillis par les chercheurs américains était de 7 heures et 53 minutes. Un peu loin des 9 heures recommandées couramment. Les jeunes qui se couchaient le plus tôt étaient aussi ceux qui dormaient le plus longtemps. Ceux qui se mettaient au lit à 23 heures dormaient 33 minutes de moins en moyenne et les adeptes de minuit «perdaient» 40 minutes de sommeil.

surtout, une corrélation est apparue avec les états dépressifs et suicidaires. «nos résultats montrent clairement qu'un sommeil aux horaires inadaptés est un facteur de risque pour la dépression, même si ce n'est pas le seul», affirme ainsi james gangwisch, auteur principal de l'étude. Sur l'ensemble des adolescents impliqués dans l'étude, plus de 1 000 souffraient d'un état dépressif et plus de 2 000 avaient des envies suicidaires.

en croisant ces données avec les heures de coucher, les chercheurs ont constaté que le risque de subir un état dépressif était de 24 % supérieur chez les enfants se couchant après minuit. Le surcroît de risque était de 20 % pour les pensées suicidaires.

un autre facteur intervient également : La perception de la durée du sommeil et la «satisfaction» apportée. Ainsi, les adolescents disant ne dormir que 5 heures ou moins étaient à 70 % plus exposés aux états dépressifs que les autres et à 48 % pour ce qui est des pensées suicidaires. «c'est pourquoi nous pensons que la qualité du sommeil pourrait être une mesure, parmi d'autres, de prévention de la dépression chez l'adolescent», estime james gangwisch.
un constat qui rejoint en partie celui établi en france. Une étude menée en 2007-2008 par le rectorat de paris et la caisse primaire d'assurance-maladie sur près de 8 000 collégiens a montré que 82 % des élèves de 3e se couchent après 22 heures. Mais un quart des filles et près d'un tiers des garçons vont au lit après minuit.

d'où la mise en garde émise par le docteur jean-pierre giordanella, responsable prévention à la cpam de paris : «à l'adolescence, la durée minimum de sommeil doit se situer entre 8 et 9 heures, et l'heure limite de coucher ne devrait pas dépasser 22 heures.»
cette recommandation devient très souvent un combat quotidien pour les parents dont les enfants sont confrontés aux «tentations» des divertissements modernes. En particuliers les écrans, qu'ils soient d'ordinateurs, de lecteurs dvd, de jeux vidéo ou de téléphones portables. Mais l'enjeu est de taille. Tous les spécialistes le disent : C'est dans l'enfance et l'adolescence que se forgent les bonnes habitudes et l'«hygiène» future du sommeil.


jean-luc nothias: Le figaro-santé
merci pour ce interessant message je dois dire que moi meme j avais des maivaises habitudes de me se coucher trop tard et jai fait une depression les jour qui suivent mais mnt je me sens tres bien et bien dans ma pean apres que je suis devenu une couchee tot merci vraiment pour ce message
sarah_doc2007 est déconnecté   Réponse avec citation
non lus 21/01/2010, 18h32   #6
katia farah
 
Inscription: septembre 2008
Localisation: a cote de la mer
Messages: 2
katia farah is on a distinguished road
Par défaut

merci alice pr les informations....
comme mariella.. moi aussi je ne depasse jamais minuit mm en periode des controles...
bonne chance
katia farah est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Liens sociaux

Outils de la discussion Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 11h55.


forumed.sante-dz.org